Photo © Clara Chabalier

La Défense
Devant les survivants

 prototype transmedia

inspiré par « l’invention de morel »

d’adolfo bioy casares

Un fugitif se réfugie dans une île qu’il croit déserte. Mais il découvre des touristes, et sa peur  de se faire repérer se  trouble quand il tombe amoureux de l’une d’entre elles, Faustine. Le Réfugié décide de s’approcher d’elle, mais un phénomène anormal les tient éloignés : elle ne réagit pas. Il pense qu’elle l’ignore ; mais ses tentatives d’entrer en contact avec les autres touristes conduisent au même résultat. Personne sur l’île ne semble le remarquer. 

Il s’invente toutes sortes de théories pour expliquer ce qui se passe sur cette île, mais découvre la terrible vérité quand le Professeur Morel, l’hôte de l’île, dit à ses amis qu’il a enregistré toutes leurs actions de la semaine passée avec une machine de son invention, qui est capable de 

reproduire la réalité. Il prétend que l’enregistrement capturera leurs âmes, et grâce à la boucle, il pourront revivre cette semaine pour toujours.

Mon but final est de monter l’adaptation théâtrale de cette nouvelle. Ce prototype montre un recherche que je mène dans le but de trouver une résonance actuelle à ces questions. Cette nouvelle interroge de manière brillante la relation que nous entretenons avec la technique : jusqu’à quel point les tentatives du narrateur d’entrer en contact avec les touristes, ressemblent aux interactions que nous avons en permanence avec des vidéos, des textes, des sons, produits dans le passé, qui tournent en boucle, encore et encore – comme des fantômes? 

Stéréo-Tourisme

J’avais envie de travailler sur le croisement de procédés photographiques anciens et nouveau. 

J’ai donc travaillé sur la stéréoscopie, un procédé qui prend 2 images à 6 cm d’écart (l’écart entre les deux yeux) et permet ainsi au cerveau de reconstituer une impression de 3D. Ce sont les mêmes lentilles qui sont utilisées dans les casques utilisés par la bourgeoisie du début du 20e siècle, et dans nos casques de réalité virtuelle.  

Comme le projet allait être présenté à Belfort, j’ai fouillé dans les archives municipales pour créer ces palimpsestes, et faire apparaitre les fantômes du passé dans les monuments devenus aujourd’hui touristiques. 

Dialogue Homme-machine

J’ai été encore plus intéressée par le fait que le narrateur est obsédé par les théories malthusiennes de la surpopulation, qu’il veut rassembler dans un projet intitulé : « La Défense devant les Survivants. Les dernières pages du journal du fugitif décrivent comment il attend que son âme passe dans la machine pendant qu’il meurt. Il demande l’attention de  l’homme qui inventera une machine capable de faire émerger les âmes de l’invention de Morel. J’ai pensé que ça pouvait être la point de départ de mon prototype. 

J’ai contacté plusieurs chercheurs pour m’aider à développer le projet politique du narrateur, et faire le lien entre la question de la surpopulation, et les fantômes créés par la technologie : 

  • Gérard-François Dumont, démographe, rédacteur en chef de la revue « Population & Avenir », Recteur à l’Université Paris La Sorbonne 
  • Geoff Tansey, conseiller à la Food Systems Academy (UK), qui travaille sur les systèmes agro-alimentaires équitables et durables. 
  • Charlotte Debest, sociologue, autrice de « Le choix d’une vie sans enfant ». 
  • Camille Alloing, Professeur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université du Quebec à Montreal (UQAM), auteur de plusieurs livres sur l’e-reputation 
  • Fanny Georges, Maitre de conference en Sciences de l’Information et de la Communication à l’Université de La Sorbonne  – Paris,  chercheuse dans le domaine du spiritisme sur internet, le deuil sur les réseaux sociaux et les éternités numériques. 

Projet Théâtral

Clara Chabalier prépare le projet d’adaptation de L’invention de Morel au théâtre. 

Le spectacle aura pour titre  : La Défense devant les Survivants. 

Théâtre de Lorient – CDDB a accueilli Clara Chabalier et Adèle Chaniolleau (dramaturge) en mai 2020 pour une résidence d’écriture.

 Une résidence à BUDA Kunstcentrum (Courtrai, Belgium) est prévue en avril 2021. 

conception

Clara Chabalier

developpement chatbot

Johan Lescure

graphisme

Lisa Peretti

retouche images

Guilhem Monceaux

What is Open Access?

In March 2019, eight European artists were selected to follow a journey of exploration and experimentation comprising four laboratories, a residence and three public presentations of the prototypes of their artistic projects.

The experimental process chosen was to integrate transmedia creation in the various disciplines of the performing arts. Transmedia allows artists to tell a story using everything that makes up our daily lives through different media. Each media used develops its own and different content, not just a duplication but rather an enrichment of the story, to offer a global experience to the public through the multiplicity implicit in its development. It thus becomes a « playing field » for artists in the « living arts », contributing to the development of new aesthetics, but also so that the public that can experiment, play a role, contribute, choose and also tell stories.
We hope that this form of cooperation and new methods of production and sharing can raise questions about the social challenges we face and possible future paths.

For 26 months, the OPEN ACCESS project revolves around laboratories, festivals and seminars, organized in the four European countries of the partner entities. These artists were supported throughout this journey by the transmedia mentors Karleen Groupierre and Anaïs Guilet, in the creative development by Simon Coates and John Hunter, in the collective intelligence by Marie-Julie Catoir-Brisson, in addition to several professionals from the creative and research sectors.

Schedule

2020
2019