Voyage d’hiver (une pièce de théâtre)

Théâtre musical

D’après Winterreise de Elfriede Jelinek (traduction Sophie André Herr © Le Seuil) et les textes inédits Moi l’étrangère et Sur Schubert (traduction Magali Jourdan et Mathilde Sobottke)
Avec : Clara Chabalier, Sébastien Gaxie, Élise Dabrowski

Mise en scène et adaptation : Clara Chabalier
Composition : Sébastien Gaxie
Scénographie : Franck Jamin
Création vidéo : Jacques Hoepffner
Création lumière : Gildas Goujet
Réalisation Informatique Musicale : Franck Berthoux
Régie Lumière : Iannis Japiot
Régie son : Serge Lacourt
Administration, Production : Marie-Pierre Mourgues et Mara Teboul (L’Œil Ecoute)

Production : Compagnie Pétrole.
Coproduction La Pop – Incubateur des musiques mises en scènes, La Fondation Royaumont.

La cie Pétrole bénéficie de l’aide au projet de la DRAC Île-de-France – Ministère de la Culture et de la Communication
Avec le soutien de la Fondation Daniel et Nina Carasso, grand mécène de la Fondation Royaumont pour le soutien de l’émergence, la recherche artistique et le développement des artistes, d’Arcadi Île- de-France, du Fonds de Création Lyrique (SACD) et de la Spedidam.

Elfriede Jelinek est représentée par L’Arche, agence théâtrale.

crédits photos : © Marikel Lahana


Dates

1er février 2019 : La Comédie de Reims [Festival Reims Scènes d’Europe]
19 janvier 2019 : Théâtre des Quatre Saisons [Gradignan]
14 au 21 décembre 2018 : Théâtre de l’Échangeur [Bagnolet]
10 au 12 avril 2018 Création à La Pop [Paris]

Le Voyage d’hiver, c’est le célèbre cycle de lieder de Schubert, la rêverie pour piano et voix solo d’un promeneur solitaire, mais c’est aussi le titre d’une pièce d’Elfriede Jelinek.

La dramaturge autrichienne déplace cette œuvre emblématique et s’engage dans un autre voyage, dans une méditation sur sa propre étrangeté. Deux chaises, un sapin, de la neige artificielle et des images de montagnes enneigées.

Clara Chabalier, actrice et metteure en scène, et le pianiste compositeur Sébastien Gaxie se sont associés pour créer Voyage d’hiver, accompagnés par la mezzo-soprano Élise Dabrowski. Un projet hybride qui met en relation les différents arts. On passe de la montagne romantique aux anoraks fluo, des villages perdus aux réseaux sociaux. Ce voyage fait résonner le texte de Jelinek dans les phrases musicales de Schubert.


Presse

Véronique Hotte, Hottello : Un voyage fascinant entre sorties de route imprévues, comique et ironie joyeuse.

Jean-Pierre Thibaudat, Médiapart : Un tonique chaud et froid de formes, de sons et de mots. Comme un voyage dont on aurait planifié toutes les étapes mais où rien ne se passerait comme prévu. Pour emprunter la célèbre formule de Lautréamont, c’est la rencontre entre le parapluie Schubert-Müller et la machine à coudre Jelinek.

Claudia Lebon, Toute la Culture : Dans cette création multidisciplinaire, tout est musique. Une bande son de type cinéma plante le décor. La voix de la chanteuse Élise Dabrowski épouse magnifiquement les vers de Müller.

Pierre Gervasoni, Le Monde : Le travail de Clara Chabalier – elle-même comédienne épatante – tend à ouvrir des fenêtres toujours inattendues sur le sens de la vie, questionnement élevé ou considération triviale. La musique de Sébastien Gaxie, inventive dans tous les registres, donne l’impression de chercher la bonne formulation scénique, du sketch de caf’conc’ (superbe trio façon slam) au numéro de comédie musicale ou d’opéra excentrique (monologue de la femme égarée, petit bijou de faux-semblants esthétiques).

Anaïs Heluin, Sceneweb : Comme l’a fait Elfriede Jelinek avec la musique de Schubert, Clara Chabalier s’empare des mots de l’auteure autrichienne avec une liberté qui traduit un profond respect. Une admiration dont, chacun à sa manière, et en s’essayant aussi régulièrement aux disciplines des autres, Sébastien Gaxie et Élise Dabrowski se font aussi les relais.